Historique

© e/n/t/design d'après R. Guadagnin

A l’occasion de construction de lotissements durant les années 1990, l’association Jeunesse préhistoriqus et géologique de France (JPGF) de Villiers-le-Bel sous l’égide de Rémy Guadagnin et par la suite le Musée national des arts et traditions populaires (aujourd’hui MuCEM) ont mis au jour une centaine d’ateliers de potiers dans cette vallée.
Les vestiges uniques de cette activité, et notamment un four de potier du XIIIe siècle, constituent le cœur d’un projet de mise en valeur et seront bientôt accessibles au public, accompagnés de reconstitutions permettant de mieux comprendre cette activité.

Une vallée artisanale prospère

Située au nord du Pays de France, la vallée de l’Ysieux recèle un important gisement d’argile exploité pendant plus de dix siècles par des artisans potiers. Les fouilles successives associées aux programmes de recherche ont mis en évidence une production céramique importante et variée selon les périodes, allant de l’ustensile utilitaire au véritable objet d’art. De Paris à Senlis et de Pontoise à Meaux, des témoins de cette production sont attestés laissant percevoir les réseaux de diffusion commerciale dès le Moyen Âge. La concurrence des grès du Beauvaisis et des céramiques parisiennes mettent fin à cette production qui tombe alors dans l’oubli.

 

 

Mille ans de production céramique : chronologie des ateliers découverts

  • X-XIe siècle : ateliers en activité à Lassy
  • XIe-XIIIe siècle : trois secteurs de production (comprenant plusieurs ateliers simultanés) attestés à Fosses dont un en activité durant près d’un siècle
  • Fin XIIe – XIIIe siècle : ateliers en activité à Bellefontaine
  • Fin XIIe – fin XVIIe : quatre secteurs de production attestés à Fosses ; l’un d’entre eux est occupé pendant près de quatre siècles
  • XVe – XVIIIe : ateliers en activité à Gascourt
  • XVIe – XVIIIe : ateliers en activité à Bellefontaine « Au-delà de l’eau »

 

 

Les vestiges d’un artisanat potier millénaire

Vestiges de fours ou d’ateliers, traces de tours et fosses contenant des rebuts de cuisson de milliers de poteries témoignent de cette activité artisanale qui a perduré pendant plus de 1000 ans, du début du Moyen Âge à l’Époque moderne.C’est à Fosses, site majeur de la production que se développe un projet de centre d’interprétation à proximité de vestiges encore en place. Il permettra d’aborder de nombreux thèmes en lien avec cette activité : l’exploitation des ressources naturelles, l’évolution des techniques de fabrication et de cuisson de la céramique, la variation de la production et de sa commercialisation, mais surtout la vie quotidienne des potiers.